Les habitants des cités marseillaises, otages des dealers

Les habitants des cités marseillaises, otages des dealers

A la Castellane, la Paternelle, aux Oliviers A, aux Lauriers... Des barrages filtrants ou check points ont été installés à l'entrée de la cité pour contrôler qui y pénètre et protéger les réseaux de stupéfiants. Ce qui pourrit la vie des habitants de ces HLM marseillais, qui voient leur véhicule stoppé, parfois fouillé, leurs visiteurs refoulés, le personnel soignant ou encore les réparateurs censés y intervenir entravés dans leurs mouvements. Un phénomène contre lequel la police assure lutter, notamment en "pilonnant" les réseaux de trafic de stupéfiants, mais qui semble sans fin pour les locataires. Chaque barricade démantelée étant reconstituée sur le champ. Exaspération, sentiment d'abandon, d'impunité... On en parle avec le journaliste de La Provence Rémi Simonpiétri et le directeur de l'association Dunes, qui fait de la médiation sociale dans ces quartiers, Nourredine Bougrine.