Bataille mémorielle à Marseille - Désintox - ARTE

Pour le RN, et plusieurs médias d’extrême droite qui reprennent l’info, c’est un «scandale». Le maire socialiste de Marseille Benoît Payan aurait refusé de nommer une rue de la ville en hommage à Laura Paumier et Mauranne Harel, deux cousines assassinées par un terroriste sur le parvis de la gare Saint-Charles en 2017. «Pas de rues pour Laura et Mauranne, assassinées par un islamiste», titre le site TV Libertés, dans un article partagé plusieurs dizaines de fois. «“Un scandale” : le maire de Marseille refuse de donner le nom à une rue des deux victimes de l’attentat», tonne Valeurs Actuelles. Les deux reprennent une vidéo du président du groupe Rassemblement national à la mairie de Marseille, Stéphane Ravier, diffusée à l’issue du Conseil municipal. Il accuse le maire d’avoir refusé de débattre d’un amendement pour rendre hommage aux deux jeunes femmes. Les faits sont un peu plus complexes. En réalité, le conseil avait prévu de rebaptiser une avenue de la ville au nom d’Ibrahim Ali, un adolescent tué d’une balle dans le dos en février 1995 par un colleur d’affiches… du Front national. A cette occasion, le groupe RN a déposé un amendement pour renommer un axe «Boulevard Laura et Mauranne». Si le maire de Marseille a refusé de débattre de l’amendement, c’est parce que ce n’était pas du tout le moment, selon lui. «Vous allez faire une polémique ? Au moment où on rend hommage à Ibrahim Ali», s’est emporté le maire après plusieurs minutes d’accrochage avec les élus RN. Après ce vif échange, Benoît Payan a d’ailleurs annoncé à propos des «mémoires de Laura et de Mauranne, le temps viendra». Ce que ni Stéphane Ravier, ni les médias rapportant l’incident, ne prennent le soin de préciser. Abonnez-vous à la chaine Youtube d’ARTE 28 minutes : https://www.youtube.com/channel/28minutesARTE Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/28minutes/ Twitter : https://twitter.com/28minutes